13.7.07

Unica – Elise Fontenaille

Jolie surprise que ce roman pétillant et un brin insolent. Grâce à une plume alerte, à une écriture minimaliste et qui va droit au but, on entre immédiatement dans ce court roman aux allures policières. Tellement sympathique qu’une fois ouvert, on n’a plus envie de le lâcher.

L’auteur nous transporte à Vancouver où l’anti-héros typique, un brin calqué sur un patchwork de bandes-dessinées, Herb Charity, exerce le rôle difficile et stressant de cyber-flic pour la brigade criminelle en charge des affaires de pédophilie par internet.

Herb est un personnage décalé. Hacker de génie, il a réussi à coincer le procureur de Vancouver en se lançant à la traque de sa petite sœur disparue brutalement et réputée avoir été enlevée par de sinistres criminels de la toile.

Malheureusement pour lui, coincer le procureur c’était se frotter à plus fort que lui. Arrêté puis emprisonné, il n’aura d’autre choix pour recouvrer sa liberté que de coopérer avec la Crim cybernétique. Il y brillera rapidement jusqu’à y gagner le droit d’exercer comme inspecteur. Une réinsertion utile après tout.

La brigade semble composée de personnages aux vies douteuses, au passé flou et dont l’efficacité est confiée à une femme énigmatique et homosexuelle.

Au cours d’une enquête parmi d’autres, Herb va se trouver confronté à des cas cliniques inhabituels. D’impénitents pédophiles sont repérés par une bande de gamins qui se déplacent en skate à la vitesse de l’éclair. Ils se mettent à pleurer des larmes de sang et à hurler de terreur lorsque les images honteuses de leurs sites favoris se déroulent sur leurs écrans.

Comment et par qui arrive la punition ? Qui en sait plus long que la Crim ? Qui est vraiment Unica, petite fille aux cheveux blancs, d’apparence fragile et qui se nourrit de philosophie ?

C’est à toutes ses questions, et bien d’autres, et sur un rythme effréné que l’auteur va tenter de répondre.

Il y a dans ce succulent roman une inventivité et une poésie, malgré l’horreur de l’environnement dans lequel il se déroule, qu’on ne trouve pas si souvent. On peut le lire comme un reportage haletant sur les milieux glauques de la toile, un polar technologique où puces électroniques et gadgets à la James Bond ouvrent d’incroyables perspectives, histoire d’amour du XXIe siècle où la technologie invente de nouvelles relations de couple.

C’est bluffant, souvent drôle, imprévisible. Bref tout simplement remarquable et conseillé par Cetalir.

Publié aux Editions Stock – 161 pages

2 commentaires:

efontenaille a dit…

merci thierry !

unica

Thierry Collet a dit…

Elise, votre livre fut une de mes belles découvertes. J'attends avec impatience votre prochain roman que je m'empresserai de blogger sur Cetalir.

Bien cordialement,